Ryan McGuire

Le phénomène de la dilution de responsabilité en financement participatif

On dit souvent que la réussite d’une campagne se dessine dans les premiers jours. Plus précisément, que les porteurs de projet qui atteignent 30% de l’objectif dans la première semaine sont quasiment assurés de succès. Or, ce qu’on dit moins, c’est que les derniers jours sont aussi sinon plus importants à considérer.

La dernière ligne droite accroît le sentiment de responsabilité chez les potentiels contributeurs. C’est à ce moment qu’ils ont l’impression que leur don peut faire une différence dans la concrétisation ou non du projet. Autrement dit, c’est l’âme du sauveur qui répond à l’appel!

Si ça vous intéresse, je vous invite à lire mon article sur la plateforme FMC Veille. Mes observations s’inspirent d’une importance étude américaine sur le rôle de l’information sociale dans le succès d’une campagne de financement participatif.

Bonne lecture!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s