Deleuze et le sociofinancement

Quand on me demande pourquoi je m’intéresse tant au sociofinancement — après tout, je ne suis ni entrepreneurs ni artiste — ma réponse s’avère souvent longue, très longue même, parce qu’elle comporte plusieurs parties : l’aspect numérique, communicationnel, économique, créatif, etc. De quoi perdre l’attention de mon interlocuteur. C’est pourquoi j’ai développé avec le temps une version courte, qui se résume ainsi : le sociofinancement me fascine, car j’y vois un écosystème fascinant à observer, que j’oserais dire révélateur de notre futur économique, créatif et social. Et surtout social. Au point de tracer des parallèles avec la pensée de Deleuze.